Sophrologie et parentalité

October 5, 2015

 

Acceuillir une petite merveille dans sa vie s'entoure dans la plupart des cas de joie, de douceur, de sentiments tellement forts qu'il faut les avoir vécus pour les comprendre. Cette histoire devrait être simple: toutes les gentilles fées sont venues se pencher au dessus du berceau du soleil de votre vie...mais l'histoire se répète... il y en a une que tous les parents ont oublié, la vilaine, la méchante, celle que personne ne veut chez soi... au 21ème siècle, elle s'appelle... la pression. Carabosse était plus élégant je vous l'accorde.

 

La pression que tous les parents se mettent eux-mêmes, la pression que leur met leur entourage, la pression que leur met l'école, bref... la pression de la société.

 

Quel parent n'a pas (encore) goûté au délicieux passage en caisse? Avec toutes les douceurs colorées délibérément proposées à hauteur des yeux de nos petits et qui leur crient MANGE MOI. Mettons cette image sur pause. A votre droite, se trouve la maman zéro frustration, qui vous regarde les yeux emplis de pitié. Ne voyez-vous pas que votre enfant crie au secours? A votre gauche, la génération dressage d'enfant. Fusil de dédain dans le regard, elle pense tellement fort que vous l'entendez vous dire que de son temps JAMAIS ça ne se serait passé comme ça (faisons nous plaisir en précisant qu'à son époque la fée marketing ne polluait pas encore la vie des jeunes parents). Et puis il y a l'hôtesse de caisse. Compatissante, elle tente un "bein dis donc" qui fait passer votre enfant en mode saturé façon Sepultura. Comme tout le monde, vous voudriez vous-même avaler ce bonbon MANGE MOI et comme Alice devenir toute petite. Mais non... Vous êtes là et bien là...Quoi que vous fassiez, vous aurez tort. Aux yeux de quelqu'un. Et c'est ça qui vous empêche, là, tout de suite, dans l'urgence, de trouver la solution pour désaturer l'amour de votre vie. 

 

Dans notre conte de fées des temps moderne, la sophrologie, c'est la fée bienveillance. Je ne devrais pas me permettre cette métaphore... La sophrologie n'a rien de magique. Dans la situation que je viens de décrire, le parent n'est pas devenu magiquement la réincarnation de buddha... Seulement, en rappelant à lui les exercices qu'il fait régulièrement, il va pouvoir ranger les regards qui l'entourent où il aura envie qu'ils soient. Il pourra accepter les émotions qui le saisissent. Il pourra écouter les émotions de son enfant. Peut-être même qu'il réussira ainsi à trouver les mots et l'attitude qui aidera son enfant à traverser ce moment très pénible. 

 

"Qui tient le fil de sa respiration tient le fil de ses pensées"

Please reload

Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Recent Posts

October 8, 2019